IAMACITIZEN.EU

Moi, Yves Tantat, je te présente mon blog dédié à l'engagement citoyen, en espérant qu'il te rendra toi aussi altruiste et beau.

1# Correspondance : Mil Forrest

Image

Hey,Yves !

Perdu dans la dette grecque ?

J’y suis allé moi, en Grèce.

J’ai mené une enquête sur le terrain. J’ai pris des risques. J’ai lu les journaux, moi, Madame. Et je n’ai rien compris parce qu’ils sont écrits en caractères cyrilliques, ou en grec, peut-être.

Je ne comprends pas cette manie qu’ils ont d’écrire en grec, les Grecs. Cela ne favorise pas le commerce international. Ils pourraient se mettre à une autre langue.

Quant la crise grecque et à l’éternelle question de savoir si les Grecs ne font rien.

MMMMMMH. Difficile de trancher.

Parfois il n’y a rien à faire. Ou si peu de choses. C’était le cas sur le sol de cette petite île accueillante où on n’arrête pas de se frapper du café.

DSCF6320

J’ai bien entendu parler d’un bon filon d’or a exploiter juste en face de l’île (jette un oeil ici : http://www.mediapart.fr/portfolios/bataille-de-lor-en-grece).

De quoi renflouer les comptes, remplacer quelques dents et se mettre à l’abri pour longtemps.

Image

Mais il semble que les Grecs du cru préfèrent rester au chômage et laisser les Canadiens d’Eldorado Gold (ça ne s’invente pas) réaliser le crime écologique.

Une mine à ciel ouvert, une balafre sur un paysage, et du sang contaminé qui dégouline sur les prairies et les nappes phréatiques.

J’ai écrit un poème sur ce désastre, sur cette mine interdite puis rouverte au profit des trappeurs de profit, des braconneurs aux cerveaux évidés. Mais je ne vous le lirai pas. Je préfère vous faire entendre leur version des faits.

Eux ils m’ont dit que leur sort se joue ailleurs. Que ce sont des questions compliquées de fric, de flouze, de pépettes, de grands argentiers qui dinent ensemble, de troïka (et là je me suis dit que d

écidément mon interlocuteur buvait trop de vodka), de jeux olympiques  (toujours vouloir revenir sur ce glorieux passé, c’est lourd à la fin)

En mangeant un Tzatziki sur une terrasse je me suis demandé si le lancement de la bière Mythos a pu, peut-être dans une certaine mesure, tout en sachant raison garder sur les limites de notre lucidité, contribuer à une perte de valeur ou dévaluation du cours de la cosmogonie grecque, autrement dit de l’origine du monde.

Cette débâcle spirituelle et métaphysique aurait eu des conséquences sur le cours de l’argent. Argent, que l’on voit d’ailleurs passer de poche en poche dans cette île où tout le monde à de l’argent en liasse, mais pas forcément de caisse, de compte à vue, de demande virement. Mais seulement des ordres permanents. Veiller aux jours difficiles à venir.

Et ils en ont marre de ne jamais finir de payer l’addition d’un repas auquel ils n’ont pas participé, sobres en tout cas, non de Zeus !

Mais ça n’est pas prêt de s’arrêter. Car à mon retour j’ai appris qu’un nouveau dicton était en circulation dans le monde économico-financier : Va te faire renflouer chez lez Grecs, les Allemands paieront ta dette.

J’ai pu éclaircir tes idées ?

Ton pote,

Mil

Un commentaire sur “1# Correspondance : Mil Forrest

  1. Pingback: 2# Correspondance : Europe Direct | I am a citizen.eu

Les commentaires sont fermés.

Information

Cette entrée a été publiée le décembre 10, 2013 par dans Correspondances.
%d blogueurs aiment cette page :